Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Bruno CHARRAT (CEA)

La filière aérospatiale est en profonde mutation. De nouvelles technologies permettent à la filière de repenser les façons de concevoir, fabriquer et d’exploiter ses systèmes. Mais cette transition numérique crée en retour de nouveaux risques qu’il faut identifier et dont il faut se prémunir. La cybersécurité de la filière et de ses unités de production est ainsi devenu un enjeu clé. Bien qu’inconnue au début des années 2000, après une succession ininterrompue de cyberattaques, toujours plus fortes et toujours plus graves, la cybersécurité est même évaluée comme le principal risque par de grands assureurs. Cet exposé définira ce terme et présentera quelques grands exemples de cyberattaques. Puis dans un second temps il présentera des contre-mesures, tant organisationnelles que technologiques afin de prendre en compte l’enjeux de cybersécurité tout au long du cycle de vie et chez tous les acteurs de la filière. 

La discussion pourra commencer par aborder les déploiements existants sur sites industriels, et peser les contraintes et verrous induits par la mise en place des contre-mesures souhaitables.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

Cédric BUZAY (Delmia Dassault Systèmes)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

Claire MACE (Safran Aircraft Engines, Usine du Creusot)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Bruno CHARRAT (CEA)
Résumé
Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Uf3 – La régulation des flux de pièces en atelier – Le CONWIP (CONstant Work In Process)

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Uf3 – La régulation des flux de pièces en atelier – Le CONWIP (CONstant Work In Process)

Patrick BURLAT (Wipsim)

La réduction des cycles de fabrication et leurs stabilités sont des objectifs importants en production. Différentes méthodes sont possibles (ordonnancement à capacité finie, Kanban, …) ; le Conwip, méthode peu connue donne de très bons résultats. Aucune méthode ne surpasse les autres en absolu, et chacune a ses avantages et inconvénients en fonction du contexte où elle est déployée. L’entretien portera sur l’explication de la méthode Conwip avec un débat sur les conditions d’utilisation et sur les secteurs d’application des différentes méthodes.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

Cédric BUZAY (Delmia Dassault Systèmes)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

Claire MACE (Safran Aircraft Engines, Usine du Creusot)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Bruno CHARRAT (CEA)
Résumé
Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

Claire MACE (Safran Aircraft Engines, Usine du Creusot)

L’usine du Creusot est le seul site français SAFRAN assurant la fabrication des disques de turbine basse pression des moteurs civils depuis sa construction en 1987.

Avant l’arrivée du LEAP, nouvelle génération de moteurs SAFRAN, les moyens industriels en place – malgré un haut niveau d’automatisation – nécessitaient une présence humaine permanente. La productivité s’en trouvait limitée, la performance économique plafonnée et le travail de nuit un impondérable. Comment utiliser la technologie et les concepts usine 4.0 pour maximiser la performance opérationnelle en usinage tout en répondant aux questions sociétales sur la qualité de vie au travail ?

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

Cédric BUZAY (Delmia Dassault Systèmes)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

Claire MACE (Safran Aircraft Engines, Usine du Creusot)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Bruno CHARRAT (CEA)
Résumé
Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

Cédric BUZAY (Delmia Dassault Systèmes)

Le plus grand défi de l’usine du futur est de devenir durable.

Durable car respectueuse tout d’abord de l’environnement en maîtrisant son modèle énergétique,

contrôlant ses émissions de gaz polluant et permettant la mise en œuvre d’une économie circulaire transparente et efficace. Durable ensuite car soucieuse de la qualité de vie et de la sécurité de ses employés qui la font exister. Durable enfin car profitable et résiliente en tout point et pouvant s’adapter rapidement aux crises et incertitudes auxquelles elle est de plus en plus confrontée.

C’est pour répondre à ces trois enjeux de transformations vitaux que les jumeaux numériques de production émergent dans tous les secteurs et toutes les industries, promettant au passage une transformation digitale encore bien trop souvent inaccessible pour en voir rapidement les bénéfices.

Dans cet entretien, nous tâcherons d’abord de définir ce qu’est un jumeau numérique de production au travers d’exemples concrets. Si la collaboration, la simulation ou la supervision sont les trois fonctionnalités

couramment citées du jumeau numérique de production nous essaierons de comprendre quels en sont les bénéfices réels pour quel investissement. Nous aborderons enfin les perspectives émergentes des futurs « Metaverse Industriels » qui ouvrent la voie d’une nouvelle itération d’innovation qui va venir prochainement bouleverser notre quotidien.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Uf1 – L’usine du futur : Qu’attendre d’un jumeau numérique ?

Cédric BUZAY (Delmia Dassault Systèmes)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Uf2 – Atelier d’usinage autonome 4.0, ou comment allier performance et conditions de travail

Claire MACE (Safran Aircraft Engines, Usine du Creusot)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Uf4 – La Cybersécurité dans les usines

Bruno CHARRAT (CEA)
Résumé
Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Philippe NOVELLI (ONERA)

Les « SAF » (Sustainable Aviation Fuels) d’origine « bio » ou de synthèse à partir de CO2 « fatal » ou capté dans l’atmosphère sont la clé du remplacement rapide du Jet-fuel d’origine fossile par un carburant neutre en cycle CO2, compatible avec les moteurs actuels et avec l’infrastructure mondiale de l’avitaillement. L’effort pour les produire en grandes quantités commence tout juste. L’intervenant fera le point sur les différents types de fuels et leurs méthodes de production, les besoins de ressources d’origine biologique et/ou d’énergie renouvelable. Le débat pourra se poursuivre sur les limites de leur disponibilité, sur les mandats d’incorporation croissante en Europe , sur les coûts prévisibles compte tenu des rendements de production et éventuellement sur leur effet bénéfique sur les effets climatiques hors CO2 (traînées de condensation). 

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

Xavier BOUIS (Académie de l'Air et de l'Espace)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Td2 – Capture et séquestration du CO2

Laurent MÜLLER (Climeworks, Suisse)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td3 – Flying Test Bed A380

Matias ANDRIAMISAINA (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Philippe NOVELLI (ONERA)
Résumé
Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Td3 – Flying Test Bed A380

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Td3 – Flying Test Bed A380

Matias ANDRIAMISAINA (Airbus)

Airbus est convaincu que dans le futur il faut continuer à assurer une connexion physique et rapide entre les habitants de la planète et celà en réduisant au minimum l’impact du transport aérien sur l’environnement. Pour arriver à cet objectif, Airbus travaille sur de nombreux projets comme l’utilisation des carburants d’aviation durables mais également sur des technologies et des carburants disruptifs comme l’hydrogène. L’objectif du projet ZEROe est de mettre en service à un horizon 2035 un avion zero emissions fonctionnant à l’hydrogène. Arriver à cet objectif passe par une montée en maturité des technologies en utilisant un démonstrateur sur la base d’un A380 qui sera notre laboratoire hydrogène volant que je vous propose de vous présenter lors de cette session.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

Xavier BOUIS (Académie de l'Air et de l'Espace)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Td2 – Capture et séquestration du CO2

Laurent MÜLLER (Climeworks, Suisse)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td3 – Flying Test Bed A380

Matias ANDRIAMISAINA (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Philippe NOVELLI (ONERA)
Résumé
Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Td2 – Capture et séquestration du CO2

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Td2 – Capture et séquestration du CO2

Laurent MÜLLER (Climeworks, Suisse)

Les derniers rapports du GIEC mentionnent qu’on ne pourra se pas passer, pour la lutte contre le réchauffement climatique, au delà de toutes les réductions d’émissions de CO2 anthropiques mises en œuvre, de la capture et de la séquestration de quantités massives de CO2. Ces procédés ont un potentiel certain dans la décarbonation des carburants aéronautiques, soit pour leur synthèse (« SAF » élaborés à partir de capture du CO2 de l’air et d’hydrogène) soit pour contrebalancer l’usage de jet-fuel produit à partir de CO2 d’origine industrielle ou même d’origine fossile. L’intervenant, ingénieur aéronautique ayant rejoint une des deux entreprises leaders mondiales du domaine, décrira les procédés, les rôles qu’ils peuvent jouer et leurs limites. Le débat portera sur la maturité technologique, le coût (énergétique et financier) et les possibilités logistiques et géographiques.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

Xavier BOUIS (Académie de l'Air et de l'Espace)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Td2 – Capture et séquestration du CO2

Laurent MÜLLER (Climeworks, Suisse)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td3 – Flying Test Bed A380

Matias ANDRIAMISAINA (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Philippe NOVELLI (ONERA)
Résumé
Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

Xavier BOUIS (Académie de l’Air et de l’Espace)

Depuis quelques années, la communication va bon train sur ce sujet. L’intervenant anime la commission Energie et Environnement de l’AAE (56 spécialistes dont un tiers extérieurs à l’académie : aéronautique, énergie, économie, questions politiques et sociétales…) . Cette commission s’efforce d’y voir clair dans le flot de projets et de feuilles de route sur un transport aérien « durable » , plus ou moins fiables et de toutes origines. A partir de l’analyse de données obtenues aux sources les plus crédibles, il décrira la situation actuelle du problème, nationale et internationale, et le champ de possibles avec leurs limites techniques et sociétales. Le débat devra éviter le style « café du commerce ».  Il permettra de préciser où sont les espoirs et les points durs techniques et économiques ainsi que de bien situer les positions françaises et européennes dans l’environnement mondial qui est celui du trafic aérien.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td1 – Transport aérien durable, où en est-on ?

Xavier BOUIS (Académie de l'Air et de l'Espace)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Td2 – Capture et séquestration du CO2

Laurent MÜLLER (Climeworks, Suisse)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Td3 – Flying Test Bed A380

Matias ANDRIAMISAINA (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Td4 – Jet-fuel d’origine « bio » ou de synthèse.

Philippe NOVELLI (ONERA)
Résumé
St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

Stéphane ANDRÉ (DASSAULT-AVIATION)

Après avoir situé les enjeux et le contexte du Falcon 10X ainsi que les raisons ayant mené au choix d’une voilure composite pour ce programme, l’exposé abordera les différentes thématiques induites par l’introduction de cette rupture technologique majeure : les principaux challenges, l’organisation mise en place pour y répondre, les grands choix de technologies et la politique de make or buy, la logique de développement et de pilotage des risques, les difficultés et aléas rencontrés ainsi que les réalisations majeures. Le débat qui prolongera cette session pourrait porter sur les expériences de grands développements et introductions de ruptures technologiques et notamment sur les organisations et modes de fonctionnement mis en place pour parvenir à leur réussite.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St1 – Automates pour la conception Structure

Arnaud TONNELE (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

Muriel POUZARGUE (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

Stéphane ANDRÉ (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

Muriel POUZARGUE (DASSAULT-AVIATION)

Pour réussir l’intégration mécanique des emports sur avion, il faut en déterminer les conséquences, d’une part sur l’emport lui-même (efforts et des vibrations), et d’autre part sur l’avion : tenue des efforts aux interfaces avion / emports, interaction avec les commandes de vols, modification de l’aérodistorsion et stabilité aéroélastique (flutter). Dassault -Aviation a développé une méthodologie basée sur des simulations et des essais de manière à pouvoir certifier sans modification structurale majeure de l’avion les différentes configurations d’emport souhaitées par les clients. Les différents aspects associés à cette méthodologie seront détaillés dans la présentation et la discussion pourra porter sur les différentes voies d’améliorations possibles pour les programmes militaires futurs.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St1 – Automates pour la conception Structure

Arnaud TONNELE (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

Muriel POUZARGUE (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

Stéphane ANDRÉ (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

St2 – Dynamique de ligne d’arbre : vers la modélisation des phénomènes complexes

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

St2 – Dynamique de ligne d’arbre : vers la modélisation des phénomènes complexes

Cyril DUPUIS (Safran SAE)

La réussite de la conception d’une turbomachine est fortement dépendante de la maitrise de son  comportement vibratoire d’ensemble. Les codes historiques utilisés en dynamique de ligne d’arbre (DLA), performants pour l’analyse des phénomènes simples ont montré leurs limites dans la prédiction des phénomènes plus complexes, liés entre autres à l’intégration de nouvelles technologies.

Ainsi, Safran Aircraft Engines s’est tourné vers l’utilisation de méthodes et codes dits « Haute-fidélité » mieux adaptés à la simulation et compréhension de ces nouveaux comportements dynamiques. Ces outils permettent également d’alimenter les modèles standards de DLA avec des hypothèses enrichies.

Mais cela sera-t-il suffisant pour à terme réduire le nombre d’essais voire de s’en affranchir ?

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St1 – Automates pour la conception Structure

Arnaud TONNELE (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

Muriel POUZARGUE (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

Stéphane ANDRÉ (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

St1 – Automates pour la conception Structure

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

St1 – Automates pour la conception Structure

Arnaud TONNELE (Airbus)

Dans un contexte concurrentiel de plus en plus fort, la nécessité de réduire les cycles de développement de concepts est essentielle. Cela passe par l’utilisation de nouvelles méthodes de travail comme le processus Multi-disciplinary Design Optimization (MDO) intégrant les contraintes et règles métiers de la conception, du calcul de structure et de l’industrialisation dès les phases amont de développement d’un avion. L’automatisation et la continuité digitale sont les fondations de ces nouvelles méthodes et garantissent un niveau de qualité élevée (« right first time ») et la capture du savoir en temps réel pour faciliter la pérennisation du savoir-faire.

Quelle sera donc la place de ces automates pour la conception structure dans les futurs développements aéronautiques?   

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St1 – Automates pour la conception Structure

Arnaud TONNELE (Airbus)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

St3- L’intégration mécanique d’emports sur les avions d’armes

Muriel POUZARGUE (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

St4- Les défis du développement de la voilure composite du Falcon 10X

Stéphane ANDRÉ (DASSAULT-AVIATION)
Résumé
Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nicolas BONNE (ONERA)

Les traînées de condensation (ou contrails) sont des nuages de cristaux de glace qui se forment dans les jets issus des moteur d’avion et qui contribuent au bilan radiatif de l’atmosphère. Dans des conditions atmosphériques favorables à leur persistance, leur rôle dans le réchauffement climatique dû à l’aviation peut dépasser la contribution du CO2 d’origine aéronautique. Cependant, l’incertitude sur la quantification du forçage radiatif dû aux contrails est assez élevée (de 30 à 170 %). Cette incertitude est due aux difficultés d’effectuer des mesures en vol derrière un avion ainsi qu’à la complexité à simuler un phénomène allant de la sortie moteur d’un avion jusqu’à un nuage de plusieurs kilomètres de large pouvant perdurer plusieurs heures. Cette différence d’échelles implique que de nombreux phénomènes physiques influent sur la vie d’une traînée. Lesquels ? Quand sont-ils importants dans l’évolution d’une traînée ? Comment simuler des échelles si différentes ? Nous présenterons un résumé de la vie d’une traînée de condensation et les différents problèmes rencontrés lors de l’étude de ce phénomène.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

Guilhem SEIZE (Safran Aircraft Engines)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

Axel VINCENT (ONERA) & Christophe VIGUIER (Safran Helicopter Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

Jérémy FERT (Safran Aircraft Engines) & Simon MENAGER (Ariane Group)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nicolas BONNE (ONERA)
Résumé
Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

Jérémy FERT (Safran Aircraft Engines) & Simon MENAGER (Ariane Group)

L’hydrogène comme combustible aéronautique présente des caractéristiques très particulières qui, ont un impact majeur sur les systèmes, leur dimensionnement et leur intégration.

Le concepteur doit relever de nombreux défis, qu’ils soient énergétiques, technologiques, environnementaux et bien sûr sécuritaires.

Dans le domaine énergétique, les problématiques à traiter portent sur le conditionnement de l’hydrogène avant l’injection, les besoins en distribution de puissance et la combustion. Concernant les défis environnementaux, des progrès sont requis dans les connaissances sur les effets directs et indirects de l’hydrogène sur le climat. Enfin, les risques inhérents à l’utilisation de l’hydrogène nécessitent des moyens de prévention et de protection spécifiques accompagnés d’une évolution de la réglementation et des moyens de certification.  

Mais le principal défi réside dans le développement et la mise en œuvre de solutions compatibles des contraintes d’exploitation commerciales.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

Guilhem SEIZE (Safran Aircraft Engines)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

Axel VINCENT (ONERA) & Christophe VIGUIER (Safran Helicopter Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

Jérémy FERT (Safran Aircraft Engines) & Simon MENAGER (Ariane Group)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nicolas BONNE (ONERA)
Résumé
Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

Axel VINCENT (ONERA) & Christophe VIGUIER (Safran Helicopter Engines)

Les hélicoptéristes et motoristes doivent répondre aux défis climatiques et de santé tout en améliorant les performances d’opérabilité de leurs machines.

L’augmentation du rendement thermique des turbomoteurs et le recours aux bio-carburants sont les axes privilégiés pour réduire l’empreinte carbone mais ceci a un impact direct sur les émissions polluantes (NOx et particules fines). Par ailleurs, l’extension du domaine d’opérabilité de la machine (allumage à très altitude, décélération très rapide en évitant tout risque d’extinction) complexifie la recherche du compromis pollution/ opérabilité au niveau de la chambre de combustion.

Safran Helicopter Engines et ses partenaires de recherche (ONERA, CNRS, Safran Tech) développent des solutions technologiques nouvelles sur la base d’un concept en rupture, la combustion giratoire. Celle-ci peut-elle répondre à l’ensemble des enjeux auxquels seront confrontés les moteurs futurs  

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

Guilhem SEIZE (Safran Aircraft Engines)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

Axel VINCENT (ONERA) & Christophe VIGUIER (Safran Helicopter Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

Jérémy FERT (Safran Aircraft Engines) & Simon MENAGER (Ariane Group)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nicolas BONNE (ONERA)
Résumé
Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

Guilhem SEIZE (Safran Aircraft Engines)

Dans l’objectif de réduire la consommation, l’hybridation propulsive permet une gestion différente de la puissance propulsive et non propulsive en introduisant un paramètre supplémentaire au carburant : les électrons. L’hybridation propulsive devient également une technologie clé pour répondre aux besoins croissants en énergie électrique des avions de nouvelle génération et adresse aussi la problématique du taux de descente de ces appareils. Sa mise en œuvre implique l’introduction de machines électriques sur les arbres Haute Pression (HP) et Basse Pression (BP) des turbomachines. A terme, si génération électrique et hybridation propulsive sont combinés, comment le moteur et l’avion seront-ils associés dans la gestion de ce système ?

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm1 – L’hybridation propulsive, seulement une affaire de motoriste ?

Guilhem SEIZE (Safran Aircraft Engines)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Nm2 – Technologies de combustion et réduction de l’impact environnemental des turbomoteurs

Axel VINCENT (ONERA) & Christophe VIGUIER (Safran Helicopter Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Nm3 – Hydrogène et propulsion, les défis technologiques

Jérémy FERT (Safran Aircraft Engines) & Simon MENAGER (Ariane Group)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Nm4 – Vie et physique d’une traînée de condensation 

Nicolas BONNE (ONERA)
Résumé
Mt4 – Réparation des dommages de combat

Mt4 – Réparation des dommages de combat

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt4 – Réparation des dommages de combat

LCL Pierre-Henri LOUP (Cdt de l’escadron d’expertise technique en procédés spéciaux des forces aériennes de l’AAE)

Les aéronefs militaires, de par leur vocation première, sont amenés à effectuer des opérations périlleuses, dans des milieux hostiles du fait de la présence de l’ennemi ou encore du fait de conditions environnementales sévères. La réparation de dommages de combat est un concept dont l’application demande une expertise technique particulière. Cette capacité est mise en œuvre dans le cadre réglementaire de la navigabilité qui permet, en cas de circonstances exceptionnelles ou de nécessités opérationnelles urgentes, de déroger de façon encadrée aux dispositions usuelles. Après avoir exploré les différentes facettes de la RDC, le débat pourra porter sur les arbitrages sécurité des vols/disponibilité opérationnelle en situation de conflit ou les bénéfices de la RDC sur la maintenance « normale ». 

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

Sébastien MEDAN (Tarmac)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

Jean OSWALD (CNES)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

Alexandre MICHELI (Safran Aircraft Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Mt4 – Réparation des dommages de combat

LCL Pierre-Henri LOUP (Cdt de l’escadron d’expertise technique en procédés spéciaux des forces aériennes de l’AAE)
Résumé
Mt4 – Réparation des dommages de combat

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

Alexandre MICHELI (Safran Aircraft Engines)

Afin de baisser les coûts de maintenance, d’améliorer les temps sous l’aile et de donner de la flexibilité aux opérateurs aériens, les motoristes ont développé le concept de maintenance « On condition » où le passage des moteurs en grande visite est dicté par leur condition technique plutôt que par des compteurs horaires ou calendaires.

Après un tour d’horizon des différentes composantes de la maintenance « on condition » (technique, règlementaire, …), nous en verrons les conséquences sur les structures de soutien et de maintenance et les questions qui en découlent : Comment réconcilier les intérêts, parfois imparfaitement alignés, d’un opérateur d’équipements et de son mainteneur ? Quelles évolutions à venir dans le marché de la maintenance « On Condition » ? Quelles limites à ce modèle de maintenance ?

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

Sébastien MEDAN (Tarmac)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

Jean OSWALD (CNES)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

Alexandre MICHELI (Safran Aircraft Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Mt4 – Réparation des dommages de combat

LCL Pierre-Henri LOUP (Cdt de l’escadron d’expertise technique en procédés spéciaux des forces aériennes de l’AAE)
Résumé
Mt4 – Réparation des dommages de combat

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

Jean OSWALD (CNES)

L’Europe spatiale est à un tournant de son histoire, Ariane 5 va bientôt quitter la scène remplacée par Ariane 6.

Emulée par la concurrence essentiellement américaine, l’Europe prépare les lanceurs futurs réutilisables à travers les démonstrateurs Callisto, Salto et Thémis. La prouesse technique liée à la récupération d’un étage, ne doit pas masquer l’intérêt économique qui y est associé.

Après l’analyse des différents facteurs (flexibilité, type de mission, coût de remise en état, etc…) structurant le schéma économique de la réutilisation, le débat portera sur l’adéquation des futurs lanceurs réutilisables européens aux différents segments de marché et la viabilité économique de ces projets dans un contexte concurrentiel très exacerbé.

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

Sébastien MEDAN (Tarmac)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

Jean OSWALD (CNES)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

Alexandre MICHELI (Safran Aircraft Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Mt4 – Réparation des dommages de combat

LCL Pierre-Henri LOUP (Cdt de l’escadron d’expertise technique en procédés spéciaux des forces aériennes de l’AAE)
Résumé
Mt4 – Réparation des dommages de combat

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

Sébastien MEDAN (Tarmac)

Les questions autour de la fin de vie des aéronefs rentrent désormais dans les préoccupations majeures notamment des acteurs de la maintenance aéronautique. A travers un tour d’horizon des enjeux et challenges liés la fin de vie des aéronefs, qu’ils soient environnementaux, réglementaires, sociétaux, business, technologiques, nous proposons une réflexion sur l’état de l’art de cette industrie et sur son avenir. 

Dans le même domaine de discussion :
19 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt1 – Recyclage et le démantèlement des aéronefs 

Sébastien MEDAN (Tarmac)
Résumé
19 avril 2023 | 14h00-17h00
25

Mt2 – Economie de la réutilisation des lanceurs

Jean OSWALD (CNES)
Résumé
20 avril 2023 | 9h00 - 12h00
25

Mt3 – La maintenance selon état (ou « on condition ») des turbomachines.

Alexandre MICHELI (Safran Aircraft Engines)
Résumé
20 avril 2023 | 13h30-16h30
25

Mt4 – Réparation des dommages de combat

LCL Pierre-Henri LOUP (Cdt de l’escadron d’expertise technique en procédés spéciaux des forces aériennes de l’AAE)
Résumé
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Ludovic COLO (Dassault Aviation)

Appontage, catapultage, un avion de combat marin subit de nombreux chocs de différentes natures, dont certains sont critiques et dimensionnant pour la structure ou les équipements internes. Leur prise en compte dans le processus de justification peut se faire de diverses façons. Quelles sont-elles ? Quels sont leurs avantages et leurs limites ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo3 – Interopérabilité et Systèmes de systèmes

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo3 – Interopérabilité et Systèmes de systèmes

Bruno DEPARDON (DPN Aéro)

La transformation numérique démultiplie les possibilités d’interaction entre les contributeurs, colocalisés ou distants, au fonctionnement d’un système. La valeur créée dans un « Système de Systèmes » provient de façon croissante de ces échanges physiques ou immatériels : en interne du système, et également en externe avec d’autres éléments ou systèmes autonomes mais sources de services déterminants. L’interopérabilité est donc essentielle, encore faut-il pouvoir identifier et concevoir les éléments qui la rendront effective.

Parcourir le champ des possibles qui s’agrandit de façon exponentielle ne peut se faire sans modélisation et simulation, en trouvant le bon compromis entre exhaustivité et complexité. Quels éléments doit-on prendre en compte, et comment assurer la représentativité du comportement alors que les contributeurs externes peuvent évoluer en autonome ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo2 – Modélisation des processus de fabrication

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo2 – Modélisation des processus de fabrication

Patrick De LUCA (ESI)

Simuler pour comprendre. Simuler pour anticiper. Simuler pour maitriser et optimiser les performances. Cela parait naturel pour la conception d’un produit. Et cela l’est devenu également pour sa fabrication.

D’abord portée par la nécessité de maitriser les propriétés mécaniques et métallurgiques lorsque le matériau et la pièce sont fabriqués en même temps (matériaux composites, fonderie des alliages à haute résistance…), la simulation s’est déployée pour optimiser les procédés afin d’en garantir la précision et la robustesse. Spécifiquement pour le secteur aéronautique, la simulation joue un rôle clé pour rendre les procédés et les processus de fabrication compatibles avec les besoins en montée en  cadence, les exigences de maitrise des coûts et à la fois les exigences en terme de production éco-responsable et de développement durable (compliance REACH, élimination des rebus, robotisation des taches pénibles, ergonomie des postes de travail, etc…).

Explorons les différentes approches mises en œuvre pour la simulation des procédés de fabrication, allant du processus élémentaire au niveau pièce, à la livraison finale en sortie de chaine. Quels sont les gains observés ? Et quels sont les limitations actuelles rencontrées ?

Dans le même domaine de discussion :