Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières stratégiques : place des pôles de compétitivité dans le paysage européen ?

 6 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières stratégiques : place des pôles de compétitivité dans le paysage européen ?

Y.BARBAUX, Pôle Aérospace Valley

Créés en 2005 dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir les pôles de compétitivité ont permis la structuration de l’innovation dans les territoires français, en intégrant Grands Groupes, PME, ETI, et établissements de Recherche et de Formation, avec le soutien des Régions et de l’Etat qui contribuent au financement des projets et des structures. Sur une quinzaine d’années plus de 7,5 milliards d’euros ont été investis dans près de 2000 projets collaboratifs et plus de la moitié a été allouée aux PME et ETI. Cette contribution reconnue des pôles au dynamisme économique des petites entreprises dans les territoires a conduit le gouvernement à lancer fin 2018 l’ère 4, allant de 2019 à 2022, avec une ambition renouvelée sur la production d’innovations, mais aussi avec des priorités qui pourraient sembler contradictoires d’un plus grand alignement sur les filières stratégiques nationales et d’un plus grand transfert aux régions du pilotage de ces pôles. Comment ne pas devenir schizophrène et concilier les exigences d’une cohérence nationale forte et d’une volonté des régions de maîtriser leur développement économique, avec les nouvelles capacités que leur confère la loi NOTRe ? Et qu’en est-il plus particulièrement d’une filière dont les champions jouent sur un terrain de jeu mondial ?

Dans le même domaine de discussion :
Mercredi 28 octobre - 9h00 - 12h00
10

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

F.PELLERIN, MINES ParisTech-Université PSL
Résumé
Mercredi 28 octobre - 14h00 - 17h00
6

Ic2-Faut-il encore des experts ?

P.TEJEDOR, MBDA
Résumé
Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic3- “Les intelligences Artificielles” pour l’industrie : quel type pour quelle innovation ?

 6 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Ic3- “Les intelligences Artificielles” pour l’industrie : quel type pour quelle innovation ?

S. CHANCHOLLE, Ecole X

Intelligence Artificielle (IA), Deep-Learning, et Big data sont devenus des buzzwords envahissant les médias, et trop souvent utilisés de façon quasi interchangeable. Ces divers termes sont certes liés mais absolument pas synonymes, et l’IA est en réalité un domaine très vaste et assez hétérogène, au point qu’il serait plus exact d’utiliser le pluriel : LES IntelligenceS ArtificielleS. Nous tenterons de clarifier cela en proposant une typologie illustrée de cet ensemble de techniques. Celle-ci nous permettra ensuite d’initier un débat sur l’adéquation des divers types d’IA selon les caractéristiques des applications, et sur les natures différentes des innovations qu’elles peuvent apporter.

Dans le même domaine de discussion :
Mercredi 28 octobre - 9h00 - 12h00
10

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

F.PELLERIN, MINES ParisTech-Université PSL
Résumé
Mercredi 28 octobre - 14h00 - 17h00
6

Ic2-Faut-il encore des experts ?

P.TEJEDOR, MBDA
Résumé
Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic2-Faut-il encore des experts ?

 6 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Ic2-Faut-il encore des experts ?

P.TEJEDOR, MBDA

Depuis une vingtaine d’années, les entreprises de haute technologie ont peu à peu développé les filières d’experts et identifié les domaines d’expertise. Alors que les experts nommés depuis 10 à 20 ans ont commencé et continuent de partir à la retraite, se pose la question de leur “remplacement”. Comment transfère-t-on cette compétence ? On peut aussi se demander si une carrière d’expert reste (si elle l’est déjà) attractive pour les plus jeunes générations. De plus, dans un monde où la connaissance est accessible dans des bases de données de plus en plus riches, l’expert est-il maintenant celui qui détient la connaissance ou bien celui qui sait cheminer vers la connaissance ? Et si l’expert devient un guide capable de s’orienter dans les big data, est-il toujours utile de l’avoir au sein de l’entreprise ou est-ce un service qui peut s’acheter ? En résumé, faut-il toujours des experts, et si oui pour quelle mission ?

Dans le même domaine de discussion :
Mercredi 28 octobre - 9h00 - 12h00
10

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

F.PELLERIN, MINES ParisTech-Université PSL
Résumé
Mercredi 28 octobre - 14h00 - 17h00
6

Ic2-Faut-il encore des experts ?

P.TEJEDOR, MBDA
Résumé
Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

 10 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

F.PELLERIN, MINES ParisTech-Université PSL

L’Usine du Futur est une révolution technologique qui impose aussi une révolution culturelle, organisationnelle et sociale, celle de l’avènement d’organisations fluides et réactives, avec des salariés pleinement impliqués. Dans un contexte de pénurie de compétences, elle impose aussi une nouvelle approche du recrutement et du développement des compétences des salariés basée sur les potentiels et les savoir être, ainsi qu’un gros effort de formation. Ces différentes facettes seront illustrées par des exemples concrets de PME, ETI et GG ayant conduit ces transformations.

Une nouvelle approche anti-taylorienne de la prescription du travail est mise en débat : Le Design du Travail. Elle consiste à considérer le salarié comme le client du processus de définition de son propre travail, et à l’associer étroitement à cette définition.

Dans le même domaine de discussion :
Mercredi 28 octobre - 9h00 - 12h00
10

Ic1- Organisation et compétences dans l’usine du futur : vers le design du travail ?

F.PELLERIN, MINES ParisTech-Université PSL
Résumé
Mercredi 28 octobre - 14h00 - 17h00
6

Ic2-Faut-il encore des experts ?

P.TEJEDOR, MBDA
Résumé
Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic4- Un cadre réglementaire adapté : brique essentielle de la cyber résilience du transport.

Ic4- Un cadre réglementaire adapté : brique essentielle de la cyber résilience du transport.

P.MORIO, DSNA/SDPS

La prise de conscience récente de l’importance de la cybersécurité et l’impact potentiellement fort sur les activités du transport aérien conduisent aujourd’hui à la mise en place d’un cadre réglementaire et législatif adressant le sujet de la cybersecurité pour le transport aérien. La LPM (Loi de Programmation Militaire) et la directive NIS (Network & Information Security) sont les constituants premiers de cet ensemble. Cependant, la seule définition d’un cadre réglementaire et législatif n’est pas suffisante pour offrir une résilience face aux attaques cyber, il est aussi nécessaire d’éprouver les organisations et les entités au travers d’exercices adaptés et d’envergure variable.

La France et l’Europe ont aujourd’hui une maturité sur ces deux champs, fondations essentielles pour la protection du transport aérien face aux menaces Cyber.

Dans le même domaine de discussion :

Ic4-Ecosystèmes régionaux et filières  stratégiques :  place des pôles de compétitivité  dans le paysage européen ?

Ic3- Coopération aéronautique – automobile : l’exemple de la Chaire Drive for all sur le véhicule autonome

Ic3- Coopération aéronautique – automobile : l’exemple de la Chaire Drive for all sur le véhicule autonome

N.FOUQUET, SAFRAN

Baptisée « Conduite automatisée – Drive for All », la chaire est composée des équipes du Centre de Robotique MINES ParisTech et de partenaires académiques internationaux : Université de Shanghai Jiao Tong (Chine), Université de Berkeley (Californie) et Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Portée par la Fondation MINES ParisTech, avec un financement de 3,7 millions d’euros par les industriels, la chaire travaille depuis 2014 et pour cinq ans sur le sujet de la conduite automatisée, avec pour objectifs de :

  • Faire progresser la connaissance sur les véhicules automatisés
  • Développer les dispositifs d’intelligence embarquée
  • Faire rouler des véhicules automatisés sur 3 continents (Asie, Etats-Unis, Europe).

Ce débat sera l’occasion de faire le point sur les avancées réalisées dans les domaines de la conduite automatisée des véhicules terrestres et les opportunités de fécondation croisée des technologies de l’aéronautique et de l’automobile.

Dans le même domaine de discussion :