Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

G. JUSTAMON (Dedienne-Aéro)

Les compagnies aériennes et les réparateurs (MRO) considèrent les outillages comme une charge d’investissement, répondant à une stratégie industrielle de long terme dans un contexte de faible coût de la dette. Les outillages peuvent représenter jusqu’à 50% de la charge d’investissement sur un nouvel atelier de maintenance.     

Toutefois, cette charge réduit l’agilité de l’entreprise, sa liberté de réorienter cette charge vers d’autres postes de dépenses, ou vers d’autres programmes.    

La mise en commun, (Lease-Pool) présente des opportunités, mais pose des contraintes de certification, présente des risques en matière de réactivité et peut modifier l’organisation du marché. Comment faire le meilleur choix ?

Dans le même domaine de discussion :
Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt3 – Passage au digital Learning pour la maintenance : réalité virtuelle ou réalité augmentée ?

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt3 – Passage au digital Learning pour la maintenance : réalité virtuelle ou réalité augmentée ?

M. E. RIBEYRE, (Dassault Systèmes/DELMIA)

​La VR et l’AR nous permet de franchir un cran supplémentaire dans l’apprentissage immersif. On plonge un peu plus le collaborateur dans un environnement ou une situation et de lui faire acquérir des compétences. Cette solution nous permet d’avoir des parcours de formation plus adapté, pus interactif, plus ludique … Mais cette technologie nous cache quoi derrière ? La maitrise et l’accès aux des données numériques, la gestion des configurations des systèmes …. Le ‘’digital Twin’’ est-il un incontournable ? Il y a aussi de l’humain au cœur de ce transfert de compétence : – l’expert qui lègue son savoir à cette Intelligence artificielle – le formateur qui doit écrit de nouveau “Story board”, évolutif, interactif… – les apprenants, face à eux même… – et peut être un nouveau métier dans ce domaine : capable de manipuler et d’animer ces objets virtuels … Ces acteurs ils tous prêts à jouer ce jeu ? Ils ont une importance capitale pour la réussite d’un transfert de compétences ‘’virtuel’’.

Quelles analogies avec d’autres domaine ?

Dans le même domaine de discussion :
Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt2 – Prévention des risques humains et organisationnels en atelier de réparation et en maintenance sous aile

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt2 – Prévention des risques humains et organisationnels en atelier de réparation et en maintenance sous aile

J. D’ORAZIO (SAE)

Après avoir poussé la conception des produits à des taux de fiabilité très élevés, les OEM sont depuis plusieurs années très sensibles à l’impact des facteurs humains (type erreur de maintenance en ligne et sous aile) sur la fiabilité et la sécurité des vols. L’exposé s’attachera à présenter les méthodes déployées pour minimiser ces risques.

Le débat pourra porter sur les moyens et outils de prise en compte des risques humains lors de la conception des turbomachines.​

Dans le même domaine de discussion :
Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt1 – Optimisation des workscopes en atelier

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt1 – Optimisation des workscopes en atelier

A. DELEDALLE (Air France Industrie)

Le volume de visites en atelier ne cesse d’augmenter ces dernières années avec une pression accrue sur les aspects couts et délais. L’optimisation des workscopes est donc un enjeu important pour tous les acteurs de la filière qui mettent en place des outils dédiés. Le Workscoping est la science pour laquelle on recherche l’optimum entre la performance économique, la performance technique, tout en respectant la réglementation et en assurant la sécurité des vols. Cette cible dépend de chaque Airlines car les caractéristiques et les besoins, l’exploitation, le réseau, les fréquences, les charges sont différents. L’avenir des workscopes passera par une intégration de plus en plus forte des outils de maintenance prédictive et l’exploitation des data.

Le débat pourra porter sur la place du  workscoping moteur dans le processus de maintenance avion. Ne faut-il pas en repenser la philosophie et la mise en œuvre ?

Dans le même domaine de discussion :
Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt4- Pilotage de la mise en Conformité à la règlementation REACH chez un réparateur aéronautique

 11 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt4- Pilotage de la mise en Conformité à la règlementation REACH chez un réparateur aéronautique

PY.CENSIER, SIAé/AIA/Bdx

Les réparateurs aéronautiques sont particulièrement concernés par l’entrée en vigueur de la réglementation européenne REACH sur l’emploi des substances chimiques dans leurs procédés industriels.

Devant l’enjeu de préserver ses capacités industrielles pour le soutien aéronautique des armées, tout en maîtrisant les risques pour la santé et l’environnement, le SIAé s’est engagé dans une démarche volontariste de mise en conformité à cette réglementation, en travaillant activement à la substitution des substances concernées.

Dans le même domaine de discussion :
Mt4 – Mise en commun d’outillages entre compagnies aériennes et réparateurs : risque et opportunités

Mt3- Certificats de Type et maintien de navigabilité des aéronefs militaires : les défis des MROs

 7 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mt3- Certificats de Type et maintien de navigabilité des aéronefs militaires : les défis des MROs

L.VALEX, SIAé/AIA/CF

L’introduction de la navigabilité au sein des flottes d’Etat a imposé la certification d’aéronefs dont la conception date parfois de plusieurs décennies.

Le suivi des certificats de type est un premier défi puisque reposant sur la disponibilité des données techniques, de la traçabilité des opérations effectuées et de l’historique de l’aéronef et de ses équipements. Rares sont les aéronefs d’état où l’intégralité de ces informations est disponible.

Pour les MROs et leurs organismes de conception, le second challenge se concentre sur l’entretien et le maintien de navigabilité de ces aéronefs. Les process de certification des réparations ou des modifications doivent s’adapter à plusieurs générations de plateformes, de technologies et de règlements, tout en respectant les principes d’un environnement contrôlé basé sur celui du domaine civil.

En s’appuyant sur l’exemple de son organisme de conception, le Service Industriel de l’Aéronautique développera les démarches mises en place pour relever les défis réglementaires et techniques du MCO militaire, du suivi des certificats de type à la certification des évolutions.

Dans le même domaine de discussion :