Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Ludovic COLO (Dassault Aviation)

Appontage, catapultage, un avion de combat marin subit de nombreux chocs de différentes natures, dont certains sont critiques et dimensionnant pour la structure ou les équipements internes. Leur prise en compte dans le processus de justification peut se faire de diverses façons. Quelles sont-elles ? Quels sont leurs avantages et leurs limites ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo3 – Interopérabilité et Systèmes de systèmes

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo3 – Interopérabilité et Systèmes de systèmes

Bruno DEPARDON (DPN Aéro)

La transformation numérique démultiplie les possibilités d’interaction entre les contributeurs, colocalisés ou distants, au fonctionnement d’un système. La valeur créée dans un « Système de Systèmes » provient de façon croissante de ces échanges physiques ou immatériels : en interne du système, et également en externe avec d’autres éléments ou systèmes autonomes mais sources de services déterminants. L’interopérabilité est donc essentielle, encore faut-il pouvoir identifier et concevoir les éléments qui la rendront effective.

Parcourir le champ des possibles qui s’agrandit de façon exponentielle ne peut se faire sans modélisation et simulation, en trouvant le bon compromis entre exhaustivité et complexité. Quels éléments doit-on prendre en compte, et comment assurer la représentativité du comportement alors que les contributeurs externes peuvent évoluer en autonome ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo2 – Modélisation des processus de fabrication

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo2 – Modélisation des processus de fabrication

Patrick De LUCA (ESI)

Simuler pour comprendre. Simuler pour anticiper. Simuler pour maitriser et optimiser les performances. Cela parait naturel pour la conception d’un produit. Et cela l’est devenu également pour sa fabrication.

D’abord portée par la nécessité de maitriser les propriétés mécaniques et métallurgiques lorsque le matériau et la pièce sont fabriqués en même temps (matériaux composites, fonderie des alliages à haute résistance…), la simulation s’est déployée pour optimiser les procédés afin d’en garantir la précision et la robustesse. Spécifiquement pour le secteur aéronautique, la simulation joue un rôle clé pour rendre les procédés et les processus de fabrication compatibles avec les besoins en montée en  cadence, les exigences de maitrise des coûts et à la fois les exigences en terme de production éco-responsable et de développement durable (compliance REACH, élimination des rebus, robotisation des taches pénibles, ergonomie des postes de travail, etc…).

Explorons les différentes approches mises en œuvre pour la simulation des procédés de fabrication, allant du processus élémentaire au niveau pièce, à la livraison finale en sortie de chaine. Quels sont les gains observés ? Et quels sont les limitations actuelles rencontrées ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo1 – Modélisation de la turbulence pour l’aérodynamique appliquée: défis et perspectives

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo1 – Modélisation de la turbulence pour l’aérodynamique appliquée: défis et perspectives

Sébastien DECK (ONERA)

Navier-Stokes, Latice-Boltzman, couches limites, super et hypersonique, où en est la modélisation de la modélisation au 21ème siècle ? Quels sont les progrès réalisés ces dernières années ? Qu’ont-ils rendus possibles et pourquoi ? Un bilan étant établi, qu’en est-il de l’avenir ? Quels sont les domaines qui résistent ?

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo4 – MBSE et Travail Collaboratif

 12 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo4 – MBSE et Travail Collaboratif

F. Paci (Safran Aircraft Engines)

De la constellation de satellites aux essaims de drones, en passant par les systèmes embarqués sur avions, militaires ou civils, les systèmes deviennent de plus en plus complexes. Le MBSE (Model-Based System Engineering) contribuent à la maîtrise de cette complexité. Cependant, le MBSE n’est pleinement efficace que s’il porte le Travail Collaboratif entre les Architectes, d’une part, entre les Architectes et les spécialistes, d’autre part, et s’il permet un lien fluide entre les outils qui supportent leurs activités respectives.

Dans le même domaine de discussion :
Mo4 – Modélisation et spécification des chocs d’appontage-catapultage pour le dimensionnement et la qualification d’un avion marin.

Mo3 – Modélisation de l’acoustique interne des avions

 18 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Mo3 – Modélisation de l’acoustique interne des avions

Y. Revalor (Dassault Aviation)

Entre éléments finis et méthodes énergétiques statistiques, les modélisations pour l’analyse des phénomènes acoustiques à bord des avions se perfectionnent dans la continuité depuis au moins 20 ans.

Aujourd’hui certains facteurs pourraient conduire à remettre en cause l’équilibre établi. D’abord les niveaux d’exigences accrus vis-à-vis de la réduction des niveaux de bruit demandent de progresser sur la précision des estimations pour assurer une conception robuste. Ensuite, les objectifs de masse et d’encombrement étant plus contraignants, l’optimisation des solutions doit être poussée à son paroxysme.

Enfin, de nouveaux outils de traitement des données dont les échos sont la « Big Data Intelligence » ouvrent des perspectives précédemment inenvisageables. Pour répondre aux besoins, devons-nous faire évoluer nos stratégies d’estimation et l’équilibre entre études déterministes des détails pour l’analyse des faiblesses et estimations globales moyennées ? La modélisation peut-elle apporter quelque chose de plus malgré les écueils récurrents ?

Dans le même domaine de discussion :