Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

P. SECRETIN (Thales)

Pour un drone de reconnaissance grand ou petit, la charge utile EO/IR remplit une fonction critique pour l’identification des cibles et représente un coût significatif du drone. Mais sans une endurance (durée/range) suffisante du système drone, la qualité de la charge utile ne suffit pas au succès de la mission. Ce ‘trade off’ entre performance de reconnaissance et endurance de la plateforme, pris en compte dès la conception du SpyRanger et pour ses évolutions, conduit à une ingénierie d’optimisation du SWAP (Size Weight And Power) des technologies EO/IR et en même temps une ingénierie système d’optimisation fonctionnelle respectant les règles et normes de sécurité des vols.

Dans le même domaine de discussion :
Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr3 – Energie pour les drones à propulsion électrique

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr3 – Energie pour les drones à propulsion électrique

Ph. AZAIS (CEA)

Le design d’un drone est défini en fonction de ses missions. La masse et l’endurance (distance et temps) spécifient des dimensions d’énergie et de puissance. La présentation et le débat aborderont les différents types de drones, les énergies aujourd’hui utilisées pour les propulser et leur recomplètement, et les solutions qui pourraient être implémentées dans le futur (des batteries aux piles à combustible). L’électrification est par ailleurs un enjeu majeur pour la discrétion de certaines applications.

Dans le même domaine de discussion :
Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr2 – Opérations de drones autonomes : nécessité économique, défi technologique et règlementaire

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr2 – Opérations de drones autonomes : nécessité économique, défi technologique et règlementaire

S. MORELLI, (Azur Drones)

L’autonomie des drones peut baisser leur coût d’exploitation mais va modifier significativement les méthodes d’analyse des risques opérationnels. Le remplacement de l’humain par la machine dans les opérations de drones a déjà débuté : il s’organise selon des niveaux d’automatisation, puis d’autonomie croissante, pour lesquels l’enjeu est désormais de fixer des objectifs de sécurité, puis un cadre règlementaire pour l’Autorité et la Responsabilité applicables à ces opérations

Dans le même domaine de discussion :
Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr1 – Architecture de l’U-space : mise en œuvre des services UTM

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr1 – Architecture de l’U-space : mise en œuvre des services UTM

A. MARTIN (DGAC/DSNA)

L’expansion de l’usage des drones suppose de pouvoir garantir l’anti-collision entre les drones eux-mêmes, la sécurité de l’aviation traditionnelle, mais aussi la publication des règles de survol. Si l’appellation générique en est UTM (Unmanned aircraft system Traffic Management), la gestion de ce nouveau trafic aérien est nommée « U-space » en Europe. Comment les services U-space permettront-ils aux différents acteurs d’interopérer ?  S’appuyant sur l’expérience opérationnelle notamment française et européenne, il est proposé de questionner l’avancement et les défis de la digitalisation de cette chaîne de sécurité sensible.

Dans le même domaine de discussion :
Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr4- Comment passer au-delà du pilotage à vue pour les drones civils longue portée à basse altitude.

 9 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr4- Comment passer au-delà du pilotage à vue pour les drones civils longue portée à basse altitude.

N.SONNET, AEROMAPPER

Les usages courants du monde du drone civil se concentrent en très grande majorité sur les vols à proximité immédiate du télépilote. De nombreux pays ne disposent pas à ce jour d’outils réglementaires permettant le vol hors-vue à basse altitude alors qu’une part significative des applications nécessite ce type d’opérations. De nombreux points restent à explorer tels que les problématiques d’acceptabilité, de maitrise du vol à très bas niveau (VLL), de risque de collision air, ainsi que de sécurisation de liaison de données. A partir d’un état des lieux des démarches et expérimentations en cours, le débat permettra de voir comment traiter ces points durs dans le cadre de l’implémentation progressive des services UTM.

Dans le même domaine de discussion :
Dr4 – Charge utile EO/IR et endurance pour le SpyRanger

Dr3- La gestion du risque air dans l’UTM (UAS Traffic Management).

 6 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dr3- La gestion du risque air dans l’UTM (UAS Traffic Management).

C. RONFLE-NADAUD DSNA/DTI

Depuis dix ans, les vols de drones se multiplient pour le loisir, mais aussi pour des applications de travail aérien. De nombreuses études prévoient le développement de l’UAD (Urban Air Delivery) et de l’UAM (Urban Air Mobility) dans un futur proche. Comment faciliter ces opérations tout en garantissant que le ciel reste un endroit sûr ? C’est un des challenges de l’UTM (UAS Traffic Management) et de sa déclinaison européenne qu’est l’U-space.

Le débat portera sur l’intégration des drones dans l’espace aérien. Quels sont les principes clefs ? Quelle est l’approche proposée par l’EASA à travers SORA (Specific Operational Risk Assessment) ? Quels seront les services proposés par l’UTM pour gérer le risque air ?

Dans le même domaine de discussion :