Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

T. Petitjean (DASSAULT-AVIATION)

L’exposé abordera le Système de Combat Aérien Futur (SCAF) suivant le prisme de la survivabilité, condition sine qua none à la réussite de mission.
Seront abordées de façon générale les menaces futures, les Missions et Scénarios d’emploi du Système de combat futur.

L’exposé abordera ensuite les grands enjeux de définition du SCAF, les types de systèmes qui pourraient en être les constituants, les grands drivers de leurs définitions permettant de réaliser les fonctions et missions attendues, les alternatives ou options possibles/envisageables pour un SCAF à l’horizon 2040 et au-delà. L’état de l’art sur les concepts en étude ou en développement dans le monde permettra d’aborder le débat sur les compromis possibles en fonction des contextes d’emploi, les enjeux techniques et technologiques.

Dans le même domaine de discussion :
Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm3 – Ravitaillement en vol : des stations-service pour tous.

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm3 – Ravitaillement en vol : des stations-service pour tous.

L. Beyneix (DGA-EV)

Le ravitaillement en vol reste aujourd’hui une opération spécifiquement militaire.

La standardisation de cette activité repose sur des normes spécifiques (STANAG, MIL-PRF, etc.), mais l’introduction de la navigabilité dans le monde militaire a conduit à faire évoluer le référentiel vers les pratiques du monde civil. La publication de la CS-AAR (Certification Specification for Air-to-Air Refuelling) en 2021 par l’OTAN en est l’illustration.

D’autre part, les développements techniques en cours dans le domaine de l’automatisation du ravitaillement, tant du côté du tanker que de celui du ravitaillé, permettent d’envisager, à terme, une extension de ce type d’opération vers l’aviation civile.

Quels pourraient-être les avantages du ravitaillement sur les vols civils ? Quels seraient les impacts sur le design des avions ? L’introduction de l’hydrogène comme carburant rendra-t-il le ravitaillement attractif pour les vols long-courrier ?

Dans le même domaine de discussion :
Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm2 – Rafale : Un système de combat polyvalent mature évoluant au rythme des enjeux opérationnels

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm2 – Rafale : Un système de combat polyvalent mature évoluant au rythme des enjeux opérationnels

JR. Bensa (AA et Espace)

Pensé dans les années 80, le système de combat Rafale a fait l’objet d’évolutions majeures soulignant l’agilité et l’adaptabilité de son architecture.
Cet entretien reviendra sur les impacts opérationnels des multiples améliorations physiques ou logicielles qui, de l’entrée en service opérationnel du standard F1 dans la Marine en juin 2004 à celle du standard F3-R en mars 2021, ont permis au Rafale de fournir aux forces aériennes un temps d’avance dans des domaines aussi variées que la défense et la supériorité aérienne, la dissuasion, le bombardement, la reconnaissance et l’appui des troupes au sol.
La discussion pourra ensuite explorer de nouvelles évolutions tirant profit du combat collaboratif et de l’IA de combat qui permettront au Rafale de conserver son rang dans les décennies à venir en s’adaptant aux besoins émergents des forces armées.

Dans le même domaine de discussion :
Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm1 – Simulation embarquée et LVCT : argument marketing ou moyen incontournable de l’entrainement au combat collaboratif ?

 25 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm1 – Simulation embarquée et LVCT : argument marketing ou moyen incontournable de l’entrainement au combat collaboratif ?

C. Regniez (Dassault-Aviation) & P. Pougheon (Sogitec)

Dans un environnement programmatique de plus en plus contraint (budget, RH), les Armées de l’Air doivent adapter leur solutions d’entrainement pour intégrer des capacités accrues de collaboration multi-plate-formes et multi armes, exigées par les théâtres opérationnels modernes. Dans ce contexte, le LVCT (Live Virtual and Constructive Training) est affiché comme une solution incontournable.

Cet entretien permettra de comprendre ce que recouvre ce concept développé initialement par les Américains pour tenter de palier les coûts d’opération du F35.

Le développement de la connectivité et de la simulation embarquée dans le Rafale, couplé au moyens de simulation en réseau, permettra aux armées de l’air d’accéder à de nouvelles capacités dans le domaine de l’entrainement tactique. L’entretien permettra d’échanger sur les gains et capacités pour les utilisateurs ainsi que sur les briques technologiques clé dans les domaines de la simulation embarquée, de la connectivité et de l’interopérabilité sécurisée des moyens en vol et au sol, qui sont les piliers de cette montée en capacité.

La discussion pourra s’élargir aux fonctions de préparation, de briefing, de débriefing et d’évaluation de performance d’entrainement, capacités complémentaires mais néanmoins indissociables pour l’entrainement au combat collaboratif dans le contexte global de la digitalisation des opérations.

Dans le même domaine de discussion :
Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm4 – Emballement thermique et propagation incendie des batteries Li-ion embarquées : un risque vraiment maîtrisé ?

 6 places disponibles

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm4 – Emballement thermique et propagation incendie des batteries Li-ion embarquées : un risque vraiment maîtrisé ?

A. ORTH (DGA/TA)

Malgré ses performances, la batterie lithium-ion présente de nombreux risques de sécurité. Au cours des dernières années, le nombre de batteries transportées par avion a augmenté significativement, engendrant de nouveaux risques potentiels pour la sûreté aérienne. Des accidents / incidents récents ont conduit à faire évoluer la réglementation sur le transport de batteries par voie aérienne. Le risque le plus redouté, le plus connu mais surtout le plus fréquent est l’emballement thermique d’une cellule. Cet emballement peut être dû à des problèmes électriques, à des chocs, ou à une forte augmentation de température. La batterie peut ainsi s’embraser violemment et propager l’incendie. La présentation abordera la phénoménologie de l’emballement thermique, la réglementation actuelle ainsi que les perspectives d’évolution de l’utilisation des batteries dans les véhicules, afin d’ouvrir la discussion sur les contraintes, la réglementation, l’évaluation des risques associées à l’extension de l’usage et de la capacité des batteries embarquées.

Dans le même domaine de discussion :
Dm4 – Survivabilité : contexte et enjeux du futur Système Aérien de Combat.

Dm3 – Comment traiter l’acceptabilité du risque de transport d’occupants assis à même le plancher d’un hélicoptère ?

 Plus que 3 places disponibles !

1 visiteur connecté actuellement sur cette page

Dm3 – Comment traiter l’acceptabilité du risque de transport d’occupants assis à même le plancher d’un hélicoptère ?

P.O. BOUSQUET, (DGA/ TA)

Les progrès croissants en matière de conception d’hélicoptère et, en parallèle, l’évolution des règlements de certification ont conduit à mettre en place des dispositions qui donnent de plus en plus de chances raisonnables aux occupants d’éviter des blessures graves et d’évacuer rapidement l’aéronef en cas d’atterrissage ou d’amerrissage d’urgence.

Les règlements de certification imposent qu’un siège approuvé soit mis à disposition de chaque occupant transporté en cabine. Les contraintes opérationnelles rendent nécessaire le transport de personnes par hélicoptère en soute lisse (retrait de tout ou une partie des sièges) et, par ce fait, cette opération sort du cadre réglementaire. L’exposé présentera les difficultés liées à la nécessité de définir de nouveaux standards d’emploi pour hélicoptères associés à de nouveaux niveaux de sécurité pour les rendre acceptables et compatibles avec les objectifs de mission en l’absence de règlement applicable. Comment rendre acceptable d’un point de vue de la sécurité du « passager » et sociétal le risque encouru pour les occupants en cas d’atterrissage ou d’amerrissage d’urgence ? Quels sont les ajustements permettant le meilleur compromis entre mission et sécurité ?

Dans le même domaine de discussion :